The Daily Shaarli

All links of one day in a single page.

July 3, 2020

Onfray : fin de partie
thumbnail

TL;DR : ça fait plus de 10 ans que 1) Onfray raconte n'importe quoi sur la plupart des sujets qu'il aborde 2) le n'importe quoi en question provient de la littérature et de l'imaginaire de l'extrême droite.

Au final, pas grand chose surprenant de le voir aujourd'hui à la tête d'un torchon nationaliste "ni droite ni gauche".

Artús au bord du gouffre - Addict Culture
thumbnail

Nouvel album d'Artús \o/

Artús - Lépineux (vidèo oficiau) - YouTube
thumbnail
Grinderman aux Eurockéennes (2008) - ARTE Concert - YouTube
thumbnail
Autant en emporte le vent : les traductions passent, le racisme reste
thumbnail

Au fil des pages, on constate que le racisme de ce narrateur omniscient – autre marqueur qui articule le roman – est plus pernicieux mais plus profond que celui qu’on croirait déceler dans telle ou telle transcription du patois des esclaves. Car, même s’il convient encore de souligner le travail remarquable de Josette Chicheportiche sur le rendu de la langue et l’ensemble du texte, le problème est ailleurs : il est dans le livre lui-même, où les esclaves sont contents de leur sort et n’envisagent leur vie qu’au service de leur maître, cela suffit à leur bonheur. Le traducteur aura beau triturer la syntaxe et peaufiner son style, le propos de Margaret Mitchell est raciste, aujourd’hui comme hier.

Endless Voyage | SUNFLOWERS
thumbnail
Assassin’s Creed Valhalla: Unpacking an Age – Interactive Pasts

With Assassin’s Creed: Valhalla just around the corner, Liam McLeod talks about historical accuracy in the game. But aside from pointing out what Valhalla got right and wrong, there is a lot more to unpack. How does Valhalla repeat nationalistic narratives? And should developers take more care with their histories? Liam touches upon all that below!

Lumières et anti-Lumières. L’histoire des idées de Zeev Sternhell

Un retour d'Enzo Traverso sur les qualités et les limites du travail de Sternhell sur le fascisme

Thread by @MarxiusJacob:
thumbnail

A mesure que le discours se polarise, se réclamer "patriote" ou "souverainiste" devient de plus en plus dangereux. Même si vous pensez sincèrement faire du souverainisme de gauche, ça finira en banalisation du nationalisme

Continuer de centrer le débat sur l'identité française, de quelque manière que ce soit, ça rendra toujours plus intelligible les discours fascistes. Parce que si vous en parlez aussi, alors quel est le problème à voir ce que les autres en disent ?

Si selon votre théorie il faut être fier d'être français·e, alors quel est le mal à vouloir protéger cette identité française pour qu'elle ne change pas ?

Il n'y a pas de bon souverainisme, de bon patriotisme. Il n'y a que du nationalisme. Donc du fascisme dormant. Ou pas si dormant que ça d'ailleurs.

J'imagine que les souverainistes "de gauche" se disent que c'est en tirant sur la fibre patriotique des prolétaires qu'iels vont les tirer à gauche, vu que c'est ce qu'iels semblent rechercher à l'ED. On utilise des valeurs "positives", on parle de 1789, etc...

Mais voilà, vous êtes tombé·e·s dans le piège de l'extrême-droite. Parce que maintenant que c'est un débat important partout, comment vous expliquez que les cultures étrangères ne sont pas inférieures à la culture française ? Non sincèrement, comment ?

C'est quoi votre dissonance cognitive magique pour être fier de votre pays sans le hiérarchiser par rapport aux autres ? Et du coup si c'est hiérarchisé, comment vous expliquez aux français·e·s que c'est pas grave si on s'ouvre à d'autres cultures ?

Bah on le fait pas. On se contente de le répéter mais cet énorme trou dans le raisonnement est toujours là. Sauf que l'ED, elle, a des théories pour concilier tout ça.

Donc pour résumer, la "gauche" qui se dit souverainiste permet à toustes les sympathisant·e·s de gauche moyennement politisé·e·s de se poser une question dont la seule réponse se trouve à l'extrême-droite.

Je vais avoir de moins en moins de scrupules à appeler un chat un chat, donc qu'on se le dise dès à présent : les souverainistes, même de gauche, sont les complices de l'ED.

P.S : autant je partage largement le propos sur la nationalisme, autant je trouve le "De toute façon être marxiste en 2020 mdrrrr quel énorme échec" de la conclusion complètement idiot, au moins autant que le "marxisme nationaliste" sur lequel l'auteur tape.