The Daily Shaarli

All links of one day in a single page.

October 12, 2019

« Le fascisme, c'est le parti du désespoir contre-révolutionnaire, disait Trotsky »
thumbnail

Pas forcément fan de ce que je connais de trotsky/du trotskisme, mais ses analyses du fascisme tenaient et tiennent encore bien plus la route que beaucoup de ce qu'on peut lire encore aujourd'hui :

[...]

La victoire fasciste des années 1930 et parfois analysée comme une réponse à la menace révolutionnaire, rien de tout cela aujourd’hui ?

En premier lieu, cette approche traduit une vision instrumentale du fascisme, comme s’il n’était que la simple projection de la volonté de la classe dominante. La solution fasciste est plutôt un processus au cours duquel les partis bourgeois traditionnels font finalement appel aux partis fascistes, "en dernier recours" tout en s’en méfiant et en croyant pouvoir les domestiquer, mais, comme le disait Trotsky, les fascistes sont des « nuées de criquets affamés et voraces » qui exigent et obtiennent tout le pouvoir. L’arrivée des fascistes italiens et des nazis allemands au pouvoir s’est faite dans le cadre de coalitions avec la droite "classique". Dans l’ensemble, les observateurs de l’époque étaient convaincus que les partis de la droite traditionnelle et les institutions maintiendraient en laisse les partis fascistes.

Alors que leur dynamique était à la fois plus puissante et plus large ?

La deuxième remarque, c’est justement que la victoire du fascisme n’est absolument pas la réponse bourgeoise à une victoire possible du mouvement ouvrier. Au contraire, c’est le fruit de la défaite de ce dernier. Le fascisme c’est le parti du « désespoir contre-révolutionnaire », disait Trotsky. [...] . Si l’on considère l’ensemble des situations révolutionnaires épuisées ou manquées au cours des cinquante dernières années, il y a alors des raisons de s’inquiéter et de redouter que faute d’une solution émancipatrice, on assiste au retour de nouvelles barbaries.

[...]

Le flou des propositions, les contradictions, le mélange de propositions libérales et anticapitalistes sont consubstantielles au fascisme. Déjà dans les années 1930, Pierre Naville disait qu’il ne servait à rien de passer son temps à « démontrer » que le programme de François de La Rocque était inexistant. Trotsky le dit à plusieurs reprises en examinant les événements du février 1934. C’est justement l’absence de programme défini qui fait sa force.

[...]

Le KPD, sous la houlette de Moscou a longtemps considéré le mouvement hitlérien comme une "simple" forme de réaction capitaliste, un instrument commode créé par et pour la grande bourgeoisie. Trotsky au contraire, en observant les caractéristiques propres au fascisme, a relevé la dimension plébéienne et de masse du fascisme. Ce dernier est non seulement issu de la petite bourgeoisie mais aussi du prolétariat. Les mouvements fascistes sont capables d’une grande souplesse tactique, pour ne pas dire de contorsions étonnantes

[...]

Trotsky insiste beaucoup sur le front unique comme moyen d’action contre le fascisme…

Il faut rappeler que le front unique, ce n’est pas d’abord une question électorale, cet aspect est même assez marginal chez Trotsky. Le Front unique, c’est assurer l’autodéfense face à la violence et aux initatives de l’extrême droite. On peut le résumer par sa formule : « Marcher séparément, frapper ensemble ». D’un certain point de vue, ce qu’on nous propose aujourd’hui c’est l’inverse : marcher ensemble, en réalité derrière le Parti socialiste, sans jamais frapper.

[...]

Tout au long des années 1930, sa pensée évolue en particulier sur la question de la démocratie et des droits démocratiques. Ceux-ci ne sont pas pour lui seulement formels, ce qui est souvent une manière de dire qu’il n’y a pas grand chose à garder, mais au contraire essentiels et doivent être défendus de manière inconditionnelle. Une idée centrale apparaît alors chez lui : « Les ouvriers ont construit à l’intérieur de la démocratie bourgeoise, en l’utilisant tout en luttant contre elle, leurs bastions, leurs bases, leurs foyers de démocratie prolétarienne. » Si sa conception du front unique est celle d’une totale indépendance de classe, la défense des droits démocratiques se fait sans préalable sur la nature sociale ou politique des organisations. Par exemple, face au nazisme, il défend les Églises allemandes et le droit des croyants « à consommer leur opium ». Il suggère aussi que les organisations ouvrières protègent la franc-maçonnerie. Sa conception dans une lettre de 1935 peut ainsi être argumentée : « Ce dont il s’agit avant tout, c’est d’une question de liberté de conscience, donc d’égalité des droits ». Ce qui l’intéresse, c’est comment traduire ses positions par des questions pratiques. Dans ces situations, il ne faut pas faire confiance à la police et à l’État et encore moins s’en remettre à eux.

De Laurent Bouvet au Rassemblement national | Le Club de Mediapart
thumbnail

Ici, c'est Bouvet qui est mis en cause, mais la falsification de la laïcité, et la normalisation du racisme au nom des "Valeurs de La République", c'est quelque chose qui est nettement plus large et ces positions largement diffusées...

Vendredi 11 octobre, un élu RN de la région Bourgogne Franche-Comté se vante sur les réseaux sociaux d'avoir humilié publiquement une femme portant le voile : _« _Au nom de nos principes républicains et laïcs, j’ai demandé à Marie-Guite Dufay [la présidente du conseil régional] de faire enlever le voile islamique d’une accompagnatrice scolaire présente dans l’hémicycle. Après l’assassinat de nos 4 policiers, nous ne pouvons pas tolérer cette provocation communautariste. ». Ce commentaire accompagne une vidéo où on le voit en séance interpeller cette femme devant les enfants qu'elle accompagne, notamment le sien.

[...]

Il y a une équivalence totale entre les discours de Laurent Bouvet et celui du RN. On ne peut s'indigner du deuxième sans pointer la responsabilité du premier. L'instrumentalisation raciste de la laïcité, et l'assimilation du port du voile au terrorisme sont le fait de militant-es se réclamant des valeurs de la République avant d'être le fait de l'extrême-droite, qui a traditionnellement toujours combattu la laïcité. Ce sont bien les polémistes dits républicains qui ont falsifié la laïcité au point que l'extrême-droite puisse s'en saisir.

[...]

Alors que la « société de vigilance » appelée par Emmanuel Macron à la suite des assassinats de la Préfecture de police se traduit par des appels à la délation fondée sur la simple religiosité de musulmans, alors que nous sommes collectivement en train de donner à Daesh ce qu'elle veut, l'exclusion, à peine déguisée par des mots comme islamistes, de touts les musulmans, l'afffichage qu'ils n'appartiennent pas à la République, le renforcement d'une opposition binaire construite par le racisme islamophobe, on ne peut pas se contenter d'une dénonciation de l'extrême-droite. Jamais celle-ci n'aurait sa place en France sans les croisades des faux universalistes républicains comme Laurent Bouvet.

How science has shifted our sense of identity
Au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, un responsable du RN agresse une femme voilée
thumbnail

Enfants et accompagnateurs sont ensuite sortis. Le fils de la jeune femme pleurait, visage enfoui dans la robe de sa mère. La scène suivante, c’est une élue de l’Union des démocrates et des écologistes, Jacqueline Ferrari, qui l’a relatée. Elle se rendait aux toilettes au sous-sol du bâtiment, suivie de peu par la jeune musulmane, quand une élue d’extrême droite a vu cette dernière et l’a vigoureusement apostrophée, au point qu’un des membres de la sécurité a dû s’interposer. « Elle lui disait : “Vous êtes soumise, vous allez voir, quand les Russes vont arriver, vous allez dégager !” C’était très agressif », a raconté Mme Ferrari, encore sous le choc.

Purin... Quand on vous dit que l'obsession de certains pour la Laïcité" n'est la que pour servir leur islamophobie et leur racisme crasse, et sert à exclure de la vie publique tout un pan de la population ?

Et ici, encore pire avec le fantasme d'épuration qui pointe ("vous allez dégager") et avec la référence à "quand les russes vont arriver".

EDIT :
Et pendant ce temps là, on a droit aux grandes déclarations de tout les "républicains" qui ont milité pour l'exclusion des femmes musulmanes de l'education et de l'espace public depuis des années : belles tentatives de démarquer à grande vitesse maintenant le RN reprend et applique la rhétorique qu'ils diffusent depuis des années...

OUT NOW! Cutting Solo Debut LP By KIM GORDON – 'NO HOME RECORD'… |
thumbnail
Les ultras de Sankt Pauli demandent le renvoi d'un joueur soutenant l'armée ... / Allemagne / FC Sankt Pauli / SOFOOT.com
thumbnail

« Ce n'est pas la première bévue linguistique et médiatique de Şahin à ce sujet, ont regretté les ultras. Par le passé, il a déjà exprimé sa loyauté au régime et son mépris quant à la mort de la population kurde. Il savait qu'il avait déjà fait des faux pas et que ces prises de position dans notre club étaient un affront clair. Pour nous ultras, il est donc certain que Cenk Şahin ne doit plus porter le maillot du FC Sankt Pauli et demandons au club de licencier Cenk Şahin aujourd'hui, vendredi 11 octobre. »

Ce vendredi, le club de 2. Bundesliga avait également réagi, se désolidarisant des propos de son joueur. « Le FC Sankt Pauli tient à se désolidariser clairement de cette publication et de son contenu, incompatible avec les valeurs du club. Le club a déjà parlé au joueur et règle cette affaire en interne. No more wars ! »

Le FC Sankt Pauli, c'est vraiment un truc rare dans le monde du foot, pour ce que j'en sais : https://fr.wikipedia.org/wiki/FC_Sankt_Pauli

Selon le statut du club et le règlement du stade, le FC Sankt Pauli est un club sportif antifasciste et antiraciste.